11/11/2011

le Puy-Notre-Dame et la guerre 1914-1918



 
LE PUY NOTRE DAME
la guerre de 1914 - 1918
le 11 novembre
. L’air grave d’ officiels habitués, aux oreilles lassées de clairons et de roulements de tambour... le tout suivi du traditionnel défilé dans un village vide... suivi d’un vin d’honneur, tel est la cérémonie sans surprise du 11 novembre.
Notre site, sans vouloir se démarquer et critiquer quiconque, vous offre aujourd’hui en toute simplicité un plus dont pourrait profiter les habitants, principalement les enfants des écoles, sur le vécu malheureux de jeunes gens ponots partis au front en toute ignorance de leur sort, sur simple ordre de l’autorité républicaine soit disante clairvoyante.
Bilan désastreux que ce conflit ! … 1.400.000 morts environ en France dont les monuments sont au nombre des églises.
Amère réflexion dont on se se passerait ! personne ne fut épargnée, sans parler des conséquences à vivre pour les familles.
Les fiches des soldats ponots disparus inscrits sur le monument aux morts du Puy et enterrés sur place sont ici montrées (sauf celles non trouvées). Elles sont à lire attentivement et feront ressortir évidences et réflexions permettant de comprendre notre passé etet peut-être de réfléchir sur les décisions inconséquentes de certains responsables politiques.



Afin de mieux saisir ce voyage pour l'enfer, voici un extrait de récit narrant l'histoire du 135ème R.I (Angers), dans lequel furent mobilisés de nombreux Ponots, du départ pour le front aux premiers jours de combat :
 
Lors de l’agression allemande de 1914, le 135ème est entièrement composé de Bretons et d’Angevins. Dès l’ordre de mobilisation, c’est une hâte fébrile jusqu’au 5 août, jour où le Régiment quitte Angers, montant vers les frontières de l’Est où se concentrent nos troupes. Il débarque en Lorraine, dans la région de Pont Saint Vincent, avec la 18ème D.I, à laquelle il appartient. C’est alors une série de marches, de déplacements, d’organisations défensives, depuis l’arrivée au col de Millery, jusqu’au 21 août où le régiment, franchissant la Meuse, entre en Belgique. Ce n’est que le 22 août au soir que le 135ème prend contact avec l’ennemi dans la région de Bièvres ? L’artillerie ennemie, à cette époque bien supérieure à la nôtre, nous cause des pertes cruelles : 17 officiers, 1500 hommes tués ou disparus, tel est le bilan de la première journée de bataille.
Le repli des forces françaises a commencé. Le 135ème chargé de maintenir l’ennemi pendant le repli de sa division, soutient pendant 5 heures un combat héroïque et s’illustre par une brillante charge à la baïonnette….
… le 29 août…le Régiment décimé n’a plus eux que deux compagnies disponibles. Le Colonel Graux n’hésite pas un instant à donner l’attaque et part en avant, entraînant ses deux compagnies, qui chargent héroïquement avec le drapeau. Mais la violence du feu les oblige à s’arrêter après quelques centaines de mètres… Ce fut une des plus dures journées du Régiment ; il avait perdu 11 officiers, 1100 hommes.
Les hommes qui restent, accablés de chaleur ou de fatigue, n’ont plus de sacs, soit qu’ils n’avaient pu les porter plus longtemps, soit qu’ils les aient déposés pour ne plus les retrouver pour l’héroïque contre-attaque.


Ci-après la liste des Ponots disparus sur place.
Les noms désignés en caractère bleu sont ceux
dont nous n'avons pas trouvés les fiches.
 
 
1914

Victor Bertin
Ernest Blanchard
Hippolyte Charpentier
Joseph Chiron
Auguste Coicault
Léon Devallon
Auguste Fillon

Pierre Got
Joseph Gruais
Arthur Legrand
Ferdinand Poireau

Julien Saumureau
Pierre Tijou
Charles Tonnoir
Victor Mabille
Raimbault
.













1915.René Briand
Armand Charry
Charles Clée
Charles Douet
Albert Fouchereau
Pierre Girardeau
Firmin Goussé
Théophile Gindeuil

Raphaël Lecomte

Eugène Marteau
Ernest Nicole
Eugène Primeau

Léon Turpault
Baptiste Volerit
Louis Gabard

.











1916
.
Jean Guillou
Auguste Herault
Emile Jouanier

Charles Montaudon
Georges Plantin
Armand Richard
Louis Fouquet
Alfred Gouffier
Alfred Jousselin
Jules Lemercier
Emile Sancier
René Talbot
Omer Vollerit

Emmaniel Mabille
Eugène Pia
Eugène Piolet

Jules Tijou
Eugène Dujour
.

















1917
.Charles Biard
Ernest BrinCharles Chalopin
Louis Huet
Eugène Jolivet
Alfred Lucazeau
.







1918
.
Jules Baud
Firmin Benêteau
Daniel Biguet
Eugène Brevet
Raymond Desbarres
Alexis Dureau

Alexandre Fouet
Auguste Barbault
.





.
.

9 commentaires:

  1. un autre Ponot17:38

    Une fois de plus vous nous étonnez etvous seriez sûrement une bonne boite à idée pour notre commune ce qui manque un manque un peu ici. merci en tout cas

    RépondreSupprimer
  2. un combattant22:22

    Quel boulot formidable ! Mais d'où viennent tous ces renseignements ? Et comment se fait-il qu'il ait fallu si longtemps pour en avoir connaissance? Bravo au blogger si décrié qui nous donne une fois de plus, entre quelques intermèdes désopilants, la preuve de son sérieux

    RépondreSupprimer
  3. Anonyme09:52

    Bonjour
    Trés bonne utilisation du site Mémoire des hommes où en complément depuis le 9 novembre on peu accéder aux JMO (journal de marche et opérations)et voir les circonstances dans lesquelles ces poilus ont vécu et s'ont mort.

    RépondreSupprimer
  4. Anonyme19:16

    merci de l'avoir montré

    RépondreSupprimer
  5. Anonyme15:46

    Il fallait le faire et permettez-moi d'être très sensible à cette diffusion publique à laquelle je suis très sensible. Je découvre un beau site sur le Puy. Je sais que ce que vous avez fait représente un gros travail et vous en suis très reconnaissant. Ce qui m'étonne, c'est le peu de réaction, ce qui pourrait dire que l'on ignore notre passé. Je n'ai pas vu grand chose de ce blog et vais m'empresser de le regarder avec attention. Merci, qui que vous soyez.

    RépondreSupprimer
  6. Recherche Charles Douet(Manfred auf 4 Tpurs) 54

    RépondreSupprimer
  7. Recherche Charles Douet(Manfred auf 4 Tpurs) 54

    RépondreSupprimer
  8. Bonjour. Vous avez la fiche dans ce dossier.

    RépondreSupprimer