07/09/2014





LE PUY-NOTRE-DAME
COLLÉGIALE NOTRE DAME
Reliquaire de la Sainte Ceinture de la Vierge


Nous avons l'honneur de vous montrer quelques clichés de la Sainte Ceinture comme beaucoup ne l'ont jamais vue. Mais auparavant , il est intéressant d'en relire son histoire :

Les circonstances de l'arrivée de cette relique au Puy-Notre-Dame restent obscures. Guillaume IX duc d'Aquitaine l'aurait obtenu du patriarche de Jérusalem, sans doute lors d'une croisade qu'il effectua en 1101. Déposée au prieuré clunisien du village, cette relique attire très vite une foule de pélerins et les faveurs royales. Saint Louis s'arrêtera au Puy-Notre-Dame en 1240. Plus tard Louis XI, particulièrement attaché au culte marial, enrichira considérablement le trésor de la collégiale par des dons de pièces d'orfèvrerie disparues depuis. Louis XIII offrira quant à lui une magnifique châsse en vermeil surmontée d'une statuette de la Vierge, à usage de reliquaire, qui n'existe plus. Enfin, en 1638 et 1640, la reine Anne d'Autriche, enceinte, demandera la Sainte Ceinture, réputée pour assurer une heureuse délivrance. Après avoir échappé aux bouleversements des guerres de religion et de la Révolution, elle demeure désormais indissociable de l'histoire de la ville.


O0O


La Sainte Ceinture serait un tissu de lin et de soie orientale dont les fils rougeâtres dessinent des losanges. Elle est protégée par deux enveloppes : la première, en satin rouge, est peut-être l'une des deux mentionnée en 1640 et 1675, l'autre a été faite en 1923, selon les sources, par "deux religieuses de la Forêt d'Angers, soeur Victor Marie et soeur marie-Benjamin du Sacré-Coeur" qui ont utilisé un satin blanc brodé de motifs or et rouge, fleurs, fleurs de lys, phylactère sur un fond à losange.



Deux gros cristaux de roches taillées en cabochons  (loupes), montés en bâte d'argent doré, laisse voir la Sainte Ceinture. Ils ont été offerts par Anne d'Autriche en 1638, et exécutés par Roberdot, orfèvre de sa majesté.


Les extrémités de la Ceinture (fermaux) sont ornées de plaques en or gravées,
oeuvre de l'orfèvre saumurois Matthieu Dupond en 1537


Une vierge à l'enfant assise
sur un siège dit "dantesque"


Un ange portant les armoiries royales


Sur les deux volets suivants,
Un ange de l'Annonciation et une Vierge
selon une composition largement diffusée au XVème siècle






VIDEO - DIAPORAMA





FICHE PATRIMOINE : *



2 commentaires:

  1. je vous félicite pour la clarté et votre présentation.

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme14:31

    vraiment bien

    RépondreSupprimer