05/04/2008

.
.
.
En honorant
et
prenant la défense des intérêts du poilu
le blog Puy Notre Dame
vous informe
des évenements d'un passé plus lointain
telle que
la terrible épidémie de moustache
de
1890
qui fit tant de ravages
au Puy Notre Dame
.

L'histoire est parfois muette !

la nouvelle équipe municipale osera-t-elle dévoiler ce passé obscur de la commune ?

On peut se poser la question

.

(cliquez sur le document)

8 commentaires:

  1. Roger21:20

    ça alors ! est-ce bien sérieux ? En tout cas,si c'est un canular, c'est au poil...

    RépondreSupprimer
  2. Anonyme10:49

    encore une face cachée de l'histoire ponote . merci

    RépondreSupprimer
  3. Le chanoine18:14

    Il nous manque beaucoup de détails sur cette affaire:
    Raisons de cette soudaine affection ostensiblement moustachue d'une partie de la population ponote,
    Début de l'épidémie,
    Durée de l épidémie,
    Fin de l'épidémie,
    Nombre de villageois affectés,
    Nombre d'hommes,
    Nombre de femmes,
    Nombre d'enfants
    Nombre de rescapés de ce fléau pileux...
    Vous manquez singulièrement d'informations,cher blogger, pour qu'on puisse prendre votre histoire au sérieux d'autant qu'elle n'apparaît dans aucune source historique "autorisée".

    Dommage, c'eût été un bonheur qu'une telle aventure survînt dans un village qui était plus pieux que pileux à l'époque...

    RépondreSupprimer
  4. Victor Hurgo06:59

    Vous avez raison. Le problème est bien là ! il nous manque beaucoup de détails !et c'est bien là le débat, hormis qu'il y eut à l'époque une envolée des ventes de rasoirs à main, de blaireaux et de savons à barbe et in extenso des produits pharmaceutiques( source du Service National des Statistiques de l'époque); dans les vieilles familles ponotes on a toujours été impressionné par le nombre de vieux rasoirs que l'on retrouve actuellement dans les vides greniers ;on sait bien que l'on ne peut tout dire dans notre pays, et vous avez une nouvelle fois raison... est-ce que l'on nous dit tout encore actuellement dans ce village?

    RépondreSupprimer
  5. Anonyme09:57

    il serait bon de contacter un ingenieur agronome pour voir si cette epidemie n a pas de rapport avec le phylloxera celui ci etant apparu dans les annees 1893 n est ce pas le meme insecte n est ce pas une affaire de greffon l affaire est touffue

    RépondreSupprimer
  6. Anonyme13:19

    Bravo d'élever le débat car il est vrai que le poil au dessus de la bouche était commun en ces temps-là.la particularité (par rapport au pays) c'est quand même que les ponotes, à un poil près,eurent à subir le même régime que leur maris. Il est dit, à l'époque, qu'elles se mirent à poil !

    RépondreSupprimer
  7. blog10:55

    le blog a usage de ne censurer aucun commentaire de qui que ce soit dans la mesure ou les propos tenus ne sont ni insulte ni vocabulaire dégradant déplacés envers des tierces personnes. Dans un soucis de transparence, le blog déclare l'avoir fait à deux reprises pendant la campagne électorale.
    Aujourd'hui , deux commentaires injurieux et lamentables(localisés et émanant du même internaute)ont été également supprimés à notre grand regret.

    RépondreSupprimer
  8. un ponot15:25

    Effectivement, ayant consulté le blog de bonne heure ce matin,j'ai lu des propos désolants sans aucun rapport avec la note sur les moustaches.Incompréhensible déferlement d'insultes à propos d'un sujet humoristique et bien anodin. Mauvaise nuit,peut-être, mauvais réveil ? On peut vraiment se demander quelles furent les motivations de ce correspondant anonyme. Quand on tient de tels propos, il faudrait au moins avoir le courage de les signer...
    Nous étions jusque-là entre gens de bonne compagnie. Un goujat est venu salir ce forum. Le blogger a eu raison de supprimer ses deux commentaires : ils consituaient deux taches immondes dans cet univers de convivialité. Je voudrais quant à moi retourner à cet internaute le qualificatif qu'il s'est permis d'utiliser contre le sympathique blogger : HONTEUX ! HONTE A VOUS !VOUS ETES LAMENTABLE. DEMEUREZ DANS LA FANGE OU VOUS SEMBLEZ VOUS COMPLAIRE...

    RépondreSupprimer